Des ponts interculturels à la rivière Romaine? : développement nordique et territorialités innues /

Depuis 2009, la riviere Romaine, sur la Côte-Nord, a ete transformee en megacomplexe hydroelectrique par la societe d'État Hydro-Quebec. Au point culminant des travaux, plus de 2000 personnes y ont oeuvre : ils ont deboise et construit une route, des campements, quatre barrages et autant de c...

Full description

Saved in:
Bibliographic Details
Authors / Creators: Guimond, Laurie (Author), Desmeules, Alexia (Author)
Other Authors / Creators:Desmeules, Alexia, author.
Format: eBook Electronic
Language:French
Imprint: Québec : Presses de l'Université du Québec, [2019]
Series:Géographie contemporaine.
Subjects:
Online Access:Click here for full text
Description
Summary:Depuis 2009, la riviere Romaine, sur la Côte-Nord, a ete transformee en megacomplexe hydroelectrique par la societe d'État Hydro-Quebec. Au point culminant des travaux, plus de 2000 personnes y ont oeuvre : ils ont deboise et construit une route, des campements, quatre barrages et autant de centrales et de reservoirs, pour un coût estime à 6,5 milliards de dollars. Cet ambitieux projet se situe en plein coeur du Nitassinan, territoire ancestral des Innus, et de la municipalite regionale de comte de Minganie. Si, dans les balbutiements du projet, cette realite territoriale interculturelle nordique a ete releguee à l'arriere-scene, la realisation des travaux a ramene les territorialites innues et non autochtones à l'avant-plan. Au-delà des retombees economiques et geopolitiques bien connues et des autres effets multiformes, positifs ou negatifs, qu'il a engendres, quels sont les legs interculturels du chantier de la Romaine? S'agit-il d'une occasion pour les membres des differentes communautes innues et minganoises de se rapprocher, celles-ci partageant plusieurs enjeux communs de developpement? Quelle est la place des Innus au sein de ce projet d'envergure? Comment se decline la vie quotidienne des travailleurs des megachantiers nordiques d'aujourd'hui? Quels sens conferent-ils à la mobilite, au travail et à leur espace social? Voilà autant de questions explorees dans le present ouvrage, qui permet une immersion dans l'experience des artisans du territoire ayant façonne le chantier de la riviere Romaine. Laurie Guimond est professeure au Departement de geographie de l'Universite du Quebec à Montreal. Elle oeuvre à valoriser le rôle essentiel des relations interculturelles dans le developpement territorial du Quebec du Nord. Ses travaux se penchent aussi sur les mobilites et les migrations nordiques et rurales contemporaines. Les recherches partenariales nord-côtieres qu'elle mene depuis 2003 se concentrent en Minganie, en Basse-Côte-Nord et dans le Nitassinan. Alexia Desmeules est conseillere à la Direction des negociations et de la consultation du Secretariat aux affaires autochtones. Son memoire de maîtrise en geographie a explore les effets du chantier hydroelectrique de la Romaine sur les rapports au territoire, tant materiels qu'ideels, des Innus de la communaute d'Ekuanitshit. Elle collabore egalement à d'autres projets de recherche interculturelle sur la Côte-Nord.
Depuis 2009, la rivière Romaine, sur la Côte-Nord, a été transformée en mégacomplexe hydroélectrique par la société d'État Hydro-Québec. Au point culminant des travaux, plus de 2 000 personnes y ont oeuvré : ils ont déboisé et construit une route, des campements, quatre barrages et autant de centrales et de réservoirs, pour un coût estimé à 6,5 milliards de dollars. Cet ambitieux projet se situe en plein coeur du Nitassinan, territoire ancestral des Innus, et de la municipalité régionale de comté de Minganie. Si, dans les balbutiements du projet, cette réalité territoriale interculturelle nordique a été reléguée à l'arrière-scène, la réalisation des travaux a ramené les territorialités innues et non autochtones à l'avant-plan.Au-delà des retombées économiques et géopolitiques bien connues et des autres effets multiformes, positifs ou négatifs, qu'il a engendrés, quels sont les legs interculturels du chantier de la Romaine ? S'agit-il d'une occasion pour les membres des différentes communautés innues et minganoises de se rapprocher, celles-ci partageant plusieurs enjeux communs de développement ? Quelle est la place des Innus au sein de ce projet d'envergure ? Comment se décline la vie quotidienne des travailleurs des mégachantiers nordiques d'aujourd'hui ? Quels sens confèrent-ils à la mobilité, au travail et à leur espace social ? Voilà autant de questions explorées dans le présent ouvrage, qui permet une immersion dans l'expérience des artisans du territoire ayant façonné le chantier de la rivière Romaine.Laurie Guimond est professeure au Département de géographie de l'Université du Québec à Montréal. Elle oeuvre à valoriser le rôle essentiel des relations interculturelles dans le développement territorial du Québec du Nord. Ses travaux se penchent aussi sur les mobilités et les migrations nordiques et rurales contemporaines. Les recherches partenariales nord-côtières qu'elle mène depuis 2003 se concentrent en Minganie, en Basse-Côte-Nord et dans le Nitassinan.Alexia Desmeules est conseillère à la Direction des négociations et de la consultation du Secrétariat aux affaires autochtones. Son mémoire de maîtrise en géographie a exploré les effets du chantier hydroélectrique de la Romaine sur les rapports au territoire, tant matérielsqu'idéels, des Innus de la communauté d'Ekuanitshit. Elle collabore également à d'autres projets de recherche interculturelle sur la Côte-Nord.
Item Description:Online resource; title from digital title page (viewed on June 26, 2019).
Physical Description:1 online resource (xix, 117 pages) : illustrations, maps.
Bibliography:Includes bibliographical references (pages 107-117).
ISBN:9782760551466
2760551466
9782760551473
2760551474